Les industriels français cherchent des pistes pour contrer la suprématie de Facebook, Google et Apple. Parmi les opportunités, Orange veut s’emparer des objets connectés et GDF Suez lorgne sur la ville intelligente.

Dans le cadre des 34 plans pour la France industrielle, le plan validé par Arnaud Montebourg sur le Big Data avance des pistes pour constituer un leader dans le domaine du stockage et de retraitement des données numériques. L’objectif affiché est clair : bouleverser l’ordre établi et peut-être renverser le leadership dans géants américains Facebook, Amazon ou Google.

Alors que ces mastodontes affutent leurs armes dans le domaine des voitures connectées, de la domotique, de la santé connectée et tout cela à base de Big Data, des pans entiers de l’économie sont en pleine métamorphose. François Bourdoncle explique aux Echos qu’« il faut convaincre les grands groupes que leurs industries sont en train d’être remplacées par des services ». Pour réagir, le plan pour la France Industrielle comprend 14 pistes émanant de groupes industriels tels que Orange, La Poste, Covéa, AXA ou GDF Suez et visant à reprendre le leadership sur ces terrains. En particulier, Orange lorgne sur les objets connectés, AXA s’y intéresse de près aussi et GDF Suez vise une place prépondérante pour les solutions de la ville connectée de demain.

BigData

Le big data menace l’assurance :

Le marché de l’assurance est en plein chamboulement : le principe de la « mutualisation des risques » qui sous tend le fonctionnement de nos assurances est largement menacé par l’analyse fine désormais permise au client via le BigData.

Les effets collatéraux sont évidents : à moyen terme, les meilleurs clients sauront qu’ils n’ont plus un besoin indispensable de s’assurer compte tenu des risques faibles qu’ils courent. Les mauvais assurés en revanche, s’expose à des radiations massives… Covéa (MAAF, MMA et la GMF) travaille notamment à un projet permettant de croiser les données relatives aux accidents survenus aux jeunes conducteurs et l’attitude au volant afin de leur proposer des incitations tarifaires.

Il y a quelques semaines nous évoquions le cas d’Axa qui conditionne un avantage santé à un objet connecté. Les clients se voient offrir un bracelet Withings Pulse O2 en l’échangent du partage de leurs données. Les plus actifs –ceux réalisant au moins 7.000 pas par jour– recevront des chèques-cadeaux et des bons d’achats pour les féliciter de tout faire pour rester en bonne santé.

Orange et les objets connectés :

De son côté, Orange tente de constituer une plateforme agrégeant les données issues des objets connectés, dans le but de permettre aux développeurs tiers de composer des services transversaux pour les utilisateurs. Pour l’opérateur téléphonique, créer cette plateforme revêt un enjeu important pour l’avenir : être capable de fédérer un écosystème composé des utilisateurs finaux, des startups fabricantes et jusqu’aux grands groupes, lui assurerait une position incontournable sur ce marché naissant.

Oui mais voilà, si ce marché est estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars d’ici à 2020, les utilisateurs confieront-ils à Orange leurs données. On connait le peu de scrupule de l’opérateur historique à utiliser ces données des fins commerciales et les précédents en matière de sécurité des informations personnelles. Mieux vaut ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier…

Le BigData et le marché de l’énergie :

Dans l’énergie, l’association entre GDF Suez et Alstom vise à mettre au point une plateforme permettant de centraliser les données énergétiques et de transport au sein de la ville intelligente. Dans le rapport sur le Big Data, le rapporteur indique : « Un opérateur d’électricité pourra par exemple allouer en temps réel l’électricité à une flotte de voitures électriques en fonction du comportement des utilisateurs ».

Une association entre Air France et Accor pourrait aussi aboutir à la naissance d’un concurrent européens de Booking.com, le leader en matière de réservation de voyages et de nuits d’hôtel sur internet. Le plan Big Data suggère à l’Etat de soutenir financièrement le développement de startups, notamment via la Banque Publique d’Investissement en puisant dans les fonds dédiés au Big Data ou à la French Tech, dotés de 215 millions d’euros de crédits. Affaires à suivre…

source : Les Echos


http://news.google.com/news/url?sa=t&fd=R&ct2=fr&usg=AFQjCNEhPWOc7yuDGpWH5E564Mttj0sC2w&clid=c3a7d30bb8a4878e06b80cf16b898331&cid=52778939819610&ei=EKS6U8mgF8KBgQfk6ICwCQ&url=http://connected-objects.fr/2014/07/big-data-orange/

Articles similaires