Si l‘internet des objets est en plein boom, il manque encore cruellement d’un standard commun qui permettrait à l’industrie de se structurer. Afin de standardiser la manière dont tous les objets connectés pourront demain communiquer entre eux, l’Open Interconnect Consortium a été lancé et rejoint par Samsung, Intel et Dell, Broadcomm, Atmel et Wind River. Il a pour objectif de trouver un terrain propice à l’émergence de standards technologique communs à tous les acteurs de l’internet des objets et ainsi favoriser le dynamisme du secteur. Cependant, c’est aussi exactement le but avoué de l’Allseen Alliance qui comporte déjà une cinquantaine d’acteurs prestigieux dont Sharp, LG, Qualcomm et Microsoft.

Intel a expliqué que l’Open Interconnect Consortium visait uniquement à développer un framework destiné à régler des problèmes de sécurité que l’Allseen Alliance n’adresse pas de manière adéquate. Si vous ajoutez à ces deux alliances les nouvelles annonces venues de Californie : HomeKit, HealthKit ou Google Fit (les frameworks proriétaires des deux géants américains) destinés à interconnecter les objets sous iOS ou Android… difficile de penser qu’un standard arrivera à émerger et fera l’unanimité auprès de tous les acteurs sur ce marché.

open-interconnect-consortium

Trop de standards tuent les standards :

Comptez enfin sur l’Industrial Internet Consortium (IIC) composé notamment de BlackBerry, General Electric, Hewlett-Packard, Hitachi, IBM, Intel, Microsoft, Samsung, Symantec, Toshiba et Toyota, l’Open Automotive Alliance ou le Car Connectivity Consortium dans le domaine de l’automobile.

L’idée de toutes ces alliances est évidemment de créer de nouveaux standards open-source pour la connexion des objets connectés entre eux, qu’ils soient sous Android, iOS, Tizen, Linux ou sous d’autres systèmes d’exploitation. Il ne s’agit pas ici de normes puisque les plateformes en question se basent sur les protocoles habituels Wi-Fi, le Bluetooth et NFC mais ces sociétés visent la compatibilité avec les autres appareils et chaque consortium se focalise un peu sur des usages spécifiques selon la composition de ses membres : la maison connectée, les usages BtoB ou la voiture autonome. Face à l’Open Interconnect, l’AllSeen Alliance (Linux Foundation) a déjà pris un peu d’avance.

allseen-alliance

Un marché et des enjeux colossaux :

Le marché de l’internet des objets est promis à l’explosion : les objets connectés devraient représenter environ 212 milliards de ventes d’ici 2020. Samsung possède déjà une large gamme d’objets connectés dont le lave-linge WW9000, des réfrigérateurs intelligent, des bracelets (dont le Gear Fit) et des montres connectés Galaxy Gear. Il est donc urgent pour le Coréen de créer un écosystème simple et ouvert autour de ses produits connectés. Dell s’intéresse quant à lui à la partie liaison, souhaitant mettre en avant son savoir-faire et ses technologies pour faire communiquer les objets connectés et les ordinateurs. Intel pour sa part redouble d’efforts pour tenter d’imposer ses micro-processeurs dans les objets connectés face aux puces ARM, qui ont les faveurs des constructeurs ces derniers temps.

Au final, si chacun lance son propre standard pour tirer la couverture à lui, il y a fort à parier qu’aucun standard n’émergera et que ce sont Apple, Google et/ou Samsung qui seront en mesure d’importer leurs frameworks car ce sont eux qui auront le dernier mot sur les technologies intégrées aux équipements mobiles…


http://news.google.com/news/url?sa=t&fd=R&ct2=fr&usg=AFQjCNHYeks92z3-aPbtMauyQhnnsKTHqA&clid=c3a7d30bb8a4878e06b80cf16b898331&cid=52778942201504&ei=3Eq9U4iOMsKkwwHLm4DYBA&url=http://connected-objects.fr/2014/07/standardisation/

Articles similaires